Sylvie Griffin

Sylvie Griffin
Sylvie Griffin

Sylvie Griffin - Analyste financier

Avec la reprise de la supervision bancaire par la Banque Centrale Européenne, ce métier promet encore certainement beaucoup de challenges et d’opportunités.

Après avoir travaillé un an et demi en tant que consultante pour l’un des « big four », j’ai eu envie de me réorienter vers le secteur public afin de travailler pour l’intérêt général.

Avec un diplôme d’économie en poche, la Banque nationale me semblait donc être l’employeur idéal. J’ai surfé sur le site web de la Banque et j’y ai trouvé un poste d’analyste financier pour le contrôle prudentiel des banques. Bien que le titre de la fonction semble fort sérieux, la description m’a plu, j’ai tenté le coup !

Aujourd’hui je m’occupe du suivi et de la surveillance d’un grand groupe bancaire qui a des filiales dans plusieurs pays européens. Concrètement, je regarde les états financiers, la solvabilité, la liquidité ainsi que l’ensemble des risques auxquels le groupe fait face. Comme il s’agit d’un groupe international, je suis amenée à voyager pour rencontrer les superviseurs d’autres filiales du groupe. On se rend aussi régulièrement au sein de l’établissement pour discuter avec les équipes de divers sujets.

La crise financière que l’on a connue ces dernières années a réellement mis les banques au cœur de l’actualité. Mon travail est donc plus que jamais passionnant et très varié. De plus, avec la reprise de la supervision bancaire par la Banque Centrale Européenne, ce métier promet encore certainement beaucoup de challenges et d’opportunités.

En plus d’un contenu intéressant, la Banque nationale offre un environnement de travail privilégié au centre de Bruxelles ainsi que des formations de qualité tant en Belgique qu’à l’étranger et la possibilité de travailler avec des personnes sympathiques et très qualifiées. L’ambiance est bonne et décontractée !