Kevin De Bock

Kevin De Bock
Kevin De Bock

Kevin De Bock - Analyste financier

A mes yeux, cette fonction représente un parfait équilibre entre, d'une part, autonomie et prise d’initiatives, et d’autre part, possibilité de recevoir de l’aide ou un feedback des collègues en cas de besoin.

Je travaille depuis 2 ans comme analyste financier au sein du département « Contrôle prudentiel des Banques », où je suis chargé d’analyser les risques financiers pour diverses petites banques. Il s’agit d’une fonction aux multiples défis, qui nécessite la maîtrise de tous les types de risques financiers, tels que le risque de crédit, le risque opérationnel, le risque de marché, le risque de taux ou encore le risque de liquidité. Et ce, tant d’un point de vue académique que sur les plans réglementaire, légal, comptable et économique. Sans compter que ces risques sont appréhendés différemment selon les banques, en fonction de leurs activités, et que la mise en œuvre pratique des contrôles et des processus de gestion des risques diffère également d’une banque à l’autre.

Heureusement, j’ai la chance de pouvoir compter sur l’aide de collègues plus expérimentés et de pouvoir participer à de nombreuses formations, à l’étranger également. Ainsi, je suis déjà parti à Rome, Paris, Bratislava, Vienne ou encore Madrid pour y suivre des formations ou des conférences. Par ailleurs, cet aspect international sera encore renforcé dans le cadre de l’union bancaire.

Le contrôle de tous ces risques s’effectue en majeure partie par le biais d’analyses Excel, mais la fonction comporte tout de même un aspect humain. En interne, nous travaillons en équipe et des réunions sont organisées par banque pour discuter des risques. Il est également possible de soumettre des idées à des analystes financiers qui travaillent sur d’autres dossiers. Enfin, en externe, il est important d’entretenir des contacts avec les banques elles-mêmes en vue d’une meilleure compréhension des processus.

A mes yeux, cette fonction représente un parfait équilibre entre, d'une part, autonomie et prise d’initiatives, et d’autre part, possibilité de recevoir de l’aide ou un feedback des collègues en cas de besoin. De plus, étant donné le nombre de risques à maîtriser, les différentes perspectives et les différents types de banques, la fonction d’analyste financier permet d’apprendre sans cesse de nouvelles choses. Si toutefois, pour l’une ou l’autre raison, une envie de changement se faisait sentir, il est également possible de changer de département ou de fonction grâce à la mobilité interne de la Banque nationale.